Le nouveau capitalisme criminel

Catégories : Conférence,

etika_header

Etika et ATTAC Luxembourg vous invitent à une conférence-déjeuner :

Le nouveau capitalisme criminel

Vendredi 6 juin  à 12h15

Salle Maria-Rheinsheim Hotel-  Parc Belle-Vue -Parc Plaza, -5 avenue Marie-Thérèse

En présence de Jean-François Gayraud

La conférence sera suivie d’une séance de dédicaces  du dernier ouvrage de Jean François Gayraud et d’un déjeuner (sandwiches et boissons)  offert par etika.

Pour des raisons d’organisation,  prière  s’inscrire à events@etika.lu  avant le 4 juin 2014 en précisant le nombre de personnes qui assisteront à la conférence et celles qui resteront pour le déjeuner.


Financiarisé, mondialisé et dérégulé à l’excès, le capitalisme n’est-il pas devenu criminogène, tant il offre désormais d’opportunités et d’incitations aux déviances frauduleuses ?

C’est ce qu’indique la dimension criminelle qu’ont prise certaines crises financières, au Japon, en Albanie, en Espagne ou encore au Mexique et en Colombie. C’est ce qu’implique l’extension du trading de haute fréquence, qui permet de négocier à la nanoseconde des milliers d’ordres de Bourse. Et c’est enfin ce qu’induit le blanchiment d’argent sale à travers les narcobanques.

Éclairant toujours plus profondément la géo-économie et la géopolitique du crime organisé, Jean-François Gayraud montre ici que, sur les marchés financiers, le crime est parfois si systématique qu’il en devient systémique dans ses effets. De curieuses coopérations et hybridations se nouent ainsi entre criminels en col blanc, gangsters traditionnels et hommes politiques corrompus.

Il s’interroge aussi sur le devenir de la finance : portée par sa seule volonté de puissance, par-delà le bien et le mal, n’est-elle pas en train de s’affranchir de la souveraineté des États ? Dès lors, face à des puissances financières aux arcanes si sombres, quelle liberté reste-t-il ?


Jean-François Gayraud2Présentation de l’orateur :

Jean-François Gayraud est actuellement  commissaire divisionnaire, ancien élève de l’École nationale supérieure de police (ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’Or).

Il est docteur en droit, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris (IEP, service public), diplômé de l’Institut de criminologie de Paris, et du Centre des Hautes Études sur l’Afrique et l’Asie Modernes (CHEAM).Il a initié une nouvelle réflexion sur le crime à partir de la géopolitique, afin de donner corps à une « géopolitique et à une géoéconomie du crime ». Ses travaux portent en particulier sur l’articulation entre phénomènes criminels (en cols blancs et autres) et crises financières nées de la dérégulation des marchés.

Parallèlement à ses activités professionnelles, il décide de manière atypique de se consacrer aussi à l’écriture d’articles et surtout de livres. Il publie d’abord aux Presses Universitaires de France (PUF) : La dénonciation (1995) ; Le Vol (2001) ; Le terrorisme (2002), Le Monde des mafias, Géopolitique du crime organisé (2005); Showbiz, People et Corruption, (2009) ; La Grande Fraude. Crime, Subprimes et crises financières, (2011);Géostratégie du crime, avec François Thual (2012). Il vient enfin de publier : Le nouveau capitalisme criminel (Odile Jacob, 2014).

Ses travaux ont tous pour moins commun d’explorer de nouveaux horizons criminologiques, dans une volonté d’innovation. Il souhaite ainsi sortir l’étude du crime des seules perspectives sociologique ou criminologique traditionnelles. Il est l’initiateur d’une « géopolitique et d’une géo économie du crime.


Laisser un commentaire


*