Rejoignez-nous !

Maxime Combes – La biodiversité dans l’étau des marchés financiers

Catégories : Toutes les vidéos

27 FÉVRIER 2015 –

La biodiversité dans l’étau des marchés financiers

Conférence de Maxime Combes, économiste et membre d’Attac France.

Organisé par Etika et Attac Luxembourg avec le soutien de Altrimenti Culture

Après l’explosion du marché des subprimes en 2007 aux Etat Unis et l’année suivante dans le reste du monde, les marchés financiers ont rapidement du trouver un nouvel eldorado pour placer leur liquidités.

la biodiversitéEn plus de la dette publique ou des matières premières, y compris agricoles, les spéculateurs financiers s’attaquent à la nature : finance carbone, “cat bonds”, “green bonds”, paiements pour services écosystémiques, banques de biodiversité, leur imagination est sans limite.

Les banques de biodiversité, nées aux Etats-Unis il y a près de trente ans, sont en train d’être implantées en Europe à travers la mise en œuvre de politiques de “biodiversity offsetting” (soit la compensation de la biodiversité en français).

Pour des entreprises minières, des compagnies pétrolières et des aménageurs – comme Rio Tinto, Arcellor Mittal, Lafarge, Bouygues, Shell, Total par exemple – la compensation biodiversité offre une possibilité de se prémunir et de répondre aux critiques portant sur les conséquences écologiques de leurs activités, plutôt que de réduire leurs impacts sur l’environnement et renoncer à certaines activités. Ainsi, plus besoin que les législateurs accroissent les régulations contraignantes

De son côté, le secteur bancaire et financier pourrait tirer profit de cette nouvelle classe d’actifs financiers basés sur la biodiversité, une biodiversité normée et standardisée afin de pouvoir être quantifiée et comparée.

Travaillant souvent avec des cabinets d’étude spécialisés, des ONG de conservation voient dans ces projets de compensation une source de financements à ne pas négliger en période de raréfaction des ressources disponibles pour financer des projets de conservation et de restauration.
Au risque de faire dépendre leurs financements et leur survie de la construction de nouveaux projets industriels et d’aménagement rendus possible par la compensation biodiversité.

A travers des exemples concrets tirés des cinq continents, Maxime Combes évoquera les dangers de cette financiarisation à marche forcée de la nature, financiarisation qui s’est déjà concrétisée de nombreuses fois via les dispositifs de compensation carbone, tels que les MDP (mécanismes de développement propre), REDD et REDD + (en anglais : Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation).

Négociés au sein la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, ces dispositifs de compensation carbone ont largement échoué mais ils restent promus par toute une série d’institutions internationales et d’acteurs économiques qui se refusent à penser à des politiques alternatives. Il est donc temps de nous emparer de ces sujets et de ne pas confier notre avenir et celui de la planète à la finance.

CombesMaxime Combes, diplômé de l’ENSAE, est économiste, membre d’ATTAC France et de l’AITEC, et contribue au site d’informations Bastamag. Il prépare actuellement une thèse sur les mécanismes de compensation de la biodiversité.

Il a contribué avec Geneviève Azam et Christophe Bonneuil à la rédaction de l’ouvrage « La nature n’a pas de prix : les méprises de l’économie verte » paru aux éditions Les liens qui libèrent. Ce livre sera disponible en dédicaces à l’issue de la conférence.


Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.