Altrimenti est un centre culturel ouvert à tous. Un lieu de dialogue et de découverte interculturelle.

La guerre de propagande fait une autre excellente victime : le journalisme

Lettre ouverte des Correspondants de guerre- 1er avril 2022

À regarder la télé et lire les journaux qui parlent de la guerre en Ukraine, nous nous sommes rendu compte que quelque chose grippe.

Nous sommes ou avons été correspondants de guerre dans les pays les plus divers, nous avons été sous les bombes, certains de nos collègues et amis sont morts pendant les conflits, nous avons été près de personnes déchirées par les explosions, nous avons recueilli les blessés et assisté à la destruction de villes et de villages.

Nous avons photographié des multitudes en fuite, vu des enfants déchiquetés par des mines. Nous avons récupéré des photos d'enfants entassés dans les portefeuilles de soldats morts. Certains d'entre nous ont été kidnappés, d'autres ont échappé de justesse en sortant de leur voiture quelques secondes avant qu'elle ne soit désintégrée par une bombe.

Nous avons vécu la guerre pour de vrai.

C'est pourquoi nous n'aimons pas la manière de peindre le conflit en Ukraine aujourd'hui. Le premier conflit majeur de l'ère du web avancé.

Nous sommes inondés de nouvelles, mais dans la représentation médiatique, les belligérants sont divisés sans esprit critique entre les bons et les méchants. En fait, non, très bons et très méchants. Mais ce n'est pas le cas. Nous devons réaliser que la guerre déclenche des intérêts inavouables qui ne sont pas révélés au grand public.

Nous sommes inondés d'informations, mais personne ne les vérifie. Les médias ont accordé beaucoup d'importance au massacre du théâtre de Mariupol, mais personne n'a été en mesure de déterminer ce qui s'est réellement passé. Les jours suivants, le maire de la ville lui-même a déclaré qu'à sa connaissance il n'y avait qu'une seule victime. D'autres sources parlent de deux morts et de quelques blessés. Mais le carnage au théâtre, pris pour acquis par les médias, a frappé l'opinion publique au cœur et à l'estomac.

La propagande n'a qu'une seule victime : le journalisme.

Soyons clairs : personne ici ne prétend que Vladimir Poutine a l'innocence d'un agneau. C'est lui qui a déclenché la guerre et envahi brutalement l'Ukraine. C'est lui qui a lancé des missiles causant douleur et mort. Bien sûr. Mais nous devons nous demander : est-il le seul responsable ?

Les médias ne cessent pas de nous présenter des histoires poignantes de douleur et de mort qui frappent profondément l'opinion publique et la préparent à l'inévitable ruée vers une très dangereuse course au réarmement. En ce qui concerne l'Italie, une augmentation des dépenses militaires à 2% du PIB.

Un investissement de cette ampleur dans les coûts militaires entraînera inévitablement une contraction des dépenses pour le bien-être de la population.

À cause de l'urgence de la guerre il semble que nous avons oublié les principes de tolérance qui devraient informer les sociétés libérales-démocratiques comme la nôtre. Une seule pensée dominante est créditée, et quiconque ne pense pas de cette façon est catalogué comme un ami de Poutine et donc, d'une certaine manière, co-responsable des massacres en Ukraine.

Nous sommes solidaires de l'Ukraine et de son peuple, mais nous nous demandons pourquoi et comment cette guerre est survenue. Nous ne pouvons pas écarter hâtivement les raisons de la folie supposée de Poutine.

Malheureusement, nous constatons que la plupart des médias (notamment les plus grands et les plus répandus) manquent d'une analyse profonde de ce qui se passe et, surtout, de la raison pour laquelle cela s'est produit.

Ce n'est pas parce que nous désirons innocenter la Russie et le dictateur Vladimir Poutine, mais parce que ce n'est qu'en comprenant et en analysant cette terrible guerre en profondeur que nous pourrons empêcher qu'un tel conflit se reproduise à l'avenir.

Massimo Alberizzi ex Corriere della Sera
Remigio Benni ex Ansa
Giampaolo Cadalanu – Repubblica
Tony Capuozzo ex TG 5
Renzo Cianfanelli Corriere della Sera
Cristano Laruffa Fotoreporter
Alberto Negri ex Sole 24ore
Giovanni Porzio ex Panorama
Amedeo Ricucci RAI
Eric Salerno ex Messaggero
Giuliana Sgrena Il Manifesto
Claudia Svampa ex Il Tempo
Vanna Vannuccini Ex Repubblica
Angela Virdò ex Ansa



One comment on “La guerre de propagande fait une autre excellente victime : le journalisme”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram